• Lapin du lundi perdu (Tournai)

    Une recette que les tournaisiens réalisent le deuxième lundi de l'année 

    avant de vous donner la recette voici un petit bout d'histoire (articles tirés du site du tourisme Tournaisien)

     

    ''A Tournai, pou bin fair' cell' fiête, l'ceu qui n'a pos d'lapin n'a rien !''
    ''A Tournai, pour bien faire cette fête, celui qui n'a pas de lapin n'a rien ! ''


    Des origines qui remontent à plus de 700 ans
    L'origine de cette tradition n'est pas connue de manière précise mais sa plus ancienne trace remonte au XIIIème siècle.

    Le moine Li Muisis - abbé de Saint-Martin à Tournai - écrit en 1281 : 'Selon une ancienne coutume, les citoyens les plus aisés et leurs fils se réunissent fraternellement autour d'une table ronde et élisent un roi'.

    Le 'Lundi parjuré' ou 'Lundi perdu' que nous connaissons sous sa forme actuelle remonte à la moitié du XIXème siècle et n'a pas subi de modifications importantes sauf une tendance, née après 1945, à la célébrer en groupe, au restaurant, plutôt qu'en famille comme le veut la tradition.

    Cette fête importante dans le calendrier tournaisien a toujours lieu le premier lundi après le 6 janvier, jour de l'Epiphanie(*).

    La tradition de cette fête du lundi après les Rois remonte en fait à de très anciennes institutions judiciaires du Moyen Age, époque où les seigneurs fonciers avaient leurs propres justices et tenaient leurs propres assises judiciaires en présence de tous les dépendants de leur seigneurie appelés, au jour prescrit, par la cloche paroissiale ou, le cas échéant, par celle du beffroi.

    Ces assises, appelées plaids généraux ou franches vérités , se tenaient en plein air, soit sur la place publique, soit même dans le cimetière qui, comme on le sait, entourait l'église paroissiale. Elles avaient pour but de découvrir les crimes qui avaient échappé aux autorités judiciaires. Ceux qui avaient connaissance de meurtres, brigandages, incendies criminels, vols, viols, calomnies, usure, etc... étaient tenus de les déclarer, d'autant plus que serment avait été prêté, qu'on avait, selon l'expression de l'époque juré sur les saints. La date de ces assises était, presque partout, fixée au lundi qui suivait l'Epiphanie que l'on trouve appelé, dans certains textes du Moyen Age, parjure deluns (de dies lunae, jour de la lune).
    C'est le lundi qui suit le 6 janvier (date de l'Epiphanie) que les tournaisiens fêtent le Lundi Parjuré aussi appelé le Lundi Perdu.

    Cette tradition se perd tellement loin dans le temps, qu'on ne sait plus précisement de quel parjure il s'agit, si ce n'est que la plus ancienne trace écrite remonte au XIIIème siècle.
    Par contre, l'autre appellation, le Lundi Perdu, vient du fait que pour célébrer la journée, le travail était arrêté, c'était donc une journée perdue pour le travail.

    Aujourd'hui, la tradition se perpétue et on mange ce jour-là le fameux lapin du Lundi Perdu.

    En début de repas, on tire les ''billets des Rois'', afin d'attribuer à chaque convive un rôle déterminé, dont celui de ''Roi''.

    A signaler que chaque fois que le roi boit, les convives doivent boire aussi...

     Partie officielle de la Ville de Tournai » Découvrir » Traditions et folklore » Lundi perdu (Lundi Parjuré) » Les Billets des Rois, une tradition dans la tradition Les Billets des Rois, c'est d'abord un feuillet de seize billets édités par Casterman au XVIIIème siècle à partir de gravures en bois.
    Le feuillet disponible à la Maison Tournaisienne (Musée de Folklore), à l'Office du Tourisme et téléchargeable sur ce site respecte la forme originale éditée par Casterman voici plus de 150 ans.
    Le feuillet proposé sur ce site est la version imprimée en 1910 par Donat Casterman sur la presse originale du XVIIIème siècle.


    Cliquer ici pour télécharger le feuillet au format Adobe Acrobat (pdf - 4Mb)

    Quelles sont les règles ?
    Dès le début du repas, l'on découpe le feuillet, on plie les billets et on les placent dans une casquette, un chapeau ou tout autre contenant. Si votre table comporte moins de seize convives, toujours utiliser le Roi, le Fou du Roi et le Verseur...

    C'est la personne la plus âgée qui tire le premier, et ainsi de suite jusqu'au plus jeune de la table... le Roi prend son verre et boit à la vue de tous (le Roi boît), le Fou du Roi veuille à ce que chaque convive 'respecte' son Roi et ne disperse pas dans des bavardages ou distractions inutiles... si cela était le cas, le Fou du Roi noircît le visage de l'indélicat au bouchon préalablement passé à la bougie!

    Le Verseur s'occupe de remplir les verres de son Roi et des autres convives...

    L'air 'J'ai du Mirliton' accompagne cette tradition.

    Que représente les billets ?
    Le Roi, le Conseiller, le Secrétaire, le Valet de Chambre, le Laquais, le Médecin, le Verseur, l'Ecuyer tranchant, le Confesseur, le Suisse, le Portier, le Messager, le Musicien, le Ménétrier, le Cuisinier et le Fou du Roi.

    Source : Ville de Tournai - La Maison Tournaisienne ( Musée de Folklore ) - 2005.01. Vous avez constaté une erreur et/ou vous souhaitez de plus amples renseignements sur les informations contenues dans cette page, envoyez-nous un email en cliquant ici...

     

    et voici maintenant de quoi vous lécher les babines 

     

    Ingrédients pour 4 personnes:

     

    un lapin
    des oignons
    sel
    poivre
    un filet de vinaigre
    un peu de cassonade (facultatif)
    thym
    laurier
    beurre
    des prunes sèches
    des raisins secs

     

    Préparation:

     


    On fait roussir dans une casserole (en fonte : c'est idéal) les morceaux de lapin et les oignons.
    On ajoute l’assaisonnement puis on arrose d'eau.
    Pour bien respecter la tradition, la cuisson du lapin
    se fait toujours à l'eau et jamais à la bière ni au vin (même si c'est meilleur! n'oublions pas qu'il s'agit d'un plat de pauvre à l'origine)
    Le lapin va mijoter ou mieux va guernoter doucement.
    Il sera cuit quand la viande se détache des os , mais le lapin ne doit pas se démêler.
    On ajoute les pruneaux et les raisins que l'on a fait gonfler préalablement dans l'eau bouillante.
    On sert avec des pommes de terre vapeur jamais avec des frites ou des croquettes.

    « Nettoyer une planche à découperMijoté boeuf carottes »
    Partager via Gmail Delicious

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :